Peintre

 

Initiation du projet

 En entrant dans l’église de Montfaucon,j’ai été frappée par deux choses :

- la première, c'est que tout ce qui a été dissimulé derrière des murs construits soit aussi présent: tel un palimpseste l'image du Christ en gloire à moitié effacé ( surtout l'absence de la tête) répond à l'iconographie des deux saints St Jacques et St Jean tous deux décapités

- la deuxième c'est la magnifique richesse des couleurs du retable dont les motifs très inspirants ( fleurs, fruits, pommes de pin, coquilles, vigne...) donne accès à une palette raffinée tout en jouant sur l'aspect "chromos".

 A ce stade de ma réflexion, j'envisage trois panneaux en toile peinte directement agrafés sur le mur et un tondo au-dessus. Cette scénographie en triptyque avec un tondo (toile ronde) reprend le principe architectural des façades des églises médiévales : elles étaient constituées d’un tympan avec un Christ en majesté et au-dessus une rosace.

 Ces Christ en gloire se décomposent toujours en trois parties :

- au centre le Christ en majesté

- à sa droite le monde des élus, le paradis

- à sa gauche le monde des déchus, l’enfer

 L'un de ces panneaux sera consacré à St Jean, l'autre à St Jacques, le troisième à la foule des marcheurs contemporains sur le chemin de Compostelle, le tondo au Christ en gloire avec peut être uniquement les mains et le regard dessinés à la sanguine, référence au coloris de la fresque antique.

 

Présentation par Art et chapelles le jour de l'inauguration

 

L'église de Montfaucon est  un lieu tout à fait particulier puisque seul son chœur est aujourd’hui accessible. Cette situation est très intéressante puisqu’elle se traduit par une distorsion de l’espace : le chœur privé de la nef devient une sorte de grand fût dont les murs ont une hauteur disproportionnée par rapport au sol.

Monica Lomont ne s’est pas laissée impressionner par ce volume atypique qu’elle a utilisé dans un face à face à la fois majestueux et délicat entre le rétable du XVII° et le tryptique  monumental qu’elle a peint.

 

Monica Lomont sait raconter des histoires en utilisant des ressources multiples: son tryptique nous raconte Saint Jean Baptiste et Saint Jacques de Compostelle, mais s’inspire aussi de l’histoire de Montfaucon et de son église.   Chaque détail dessiné ou peint a une signification historique ou symbolique, et on peut passer beaucoup de temps à les décrypter.

 

C’est aussi un travail très subtil, qui utilise de nombreuses techniques différentes, pour mettre en scène  une iconographe contemporaine très élégante et raffinée  dans une gamme de couleur en complète correspondance avec le rétable du chœur.

Marion Julien

 

0
0
1
176
973
*
8
2
1147
14.0

Normal
0

21

false
false
false

FR
JA
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:"Tableau Normal";
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:"";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
font-family:Cambria;
mso-ascii-font-family:Cambria;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Cambria;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:JA;}

 

 

 

 

Ancienne église Saint- Jean
Montfaucon sur Moine

Construite hors les murs de la ville de Montfaucon fortifiée très tôt par Foulques Nerra, cette église romane illustre les vicissitudes du patrimoine religieux au cours des siècles. Quand l’église perd sa fonction paroissiale en 1802, la commune décide de séparer le chœur de la nef par un mur, le chœur servant de chapelle et la nef de local communal puis de salle théâtrale désormais désaffectée.

Seul le chœur est donc ouvert à la visite et montre un très beau retable du XVIIème siècle et des peintures murales médiévales très abîmées mais encore visibles dans l’abside.