Peintre

 Michel Henocq est un artiste angevin qui vit et travaille dans la Doutre. Il expose régulièrement depuis de nombreuses années. Il réalise pour la Salle Capitulaire de Saint-Rémy-la-Varenne un ensemble consacré aux danses macabres. Ses peintures très illustratives évoquent tout à la fois des scènes moyen-âgeuses et la réalité contemporaine. On y  trouve sur un mode à la fois tragique et comique, une description de la violence de nos sociétés, et des faiblesses  et travers humains. C’est une peinture très expressive, qui décrit le combat du Bien et du Mal, en proposant un univers qui navigue entre le réel et l’imaginaire.

Présentation de son oeuvre par l'artiste

Malgré son  architecture cette salle capitulaire n’est pas une chapelle. Aussi pour conserver l’esprit d’Art et Chapelles,  j’ai voulu lui conférer la qualité d’un lieu sacré.

Le seul élément à caractère religieux est une fresque représentant une crucifixion, soit la représentation d’un homme mort tragiquement. Jésus, homme mais également homme-dieu est soumis comme tous les hommes à la mort. Nous sommes tous mortels et tous égaux devant la mort:

la danse macabre s’appelle

que chacun à danser apprant

à homme et femme est naturelle

Mort n’espagne petit ni grand

Il y a quelques années, j’ai découvert sur les murs de petites églises des Côtes d’Armor des danses macabres, fresques sur lesquelles figurent différents personnages qui dansent avec des squelettes. En faisant danser pape, empereur, cardinaux, chevaliers, gentes dames, clercs mais également laboureurs avec des squelettes, l’Eglise exhorte les croyants à se repentir car la mort ne fait pas de distinction entre les appartenances sociales et tous nous pouvons être frappés à tout moment. Cette imagerie se développe au 14ème siècle, période riche en événements tragiques : guerres, famines et grandes épidémies touchent cruellement la France et l’Europe. Et chacun doit s’interroger sur les pêchés qu’il a commis pour déclencher  la colère de Dieu.

À l’argument eschatologique de l’Eglise les artistes avec leur malice libertaire coutumière surajoutent à cette expression artistique et moralisatrice une satire sociale évidente qui ne m’a pas échappé, moi dont l’œuvre est parcourue par ce thème.

Il m’a suffi de laisser courir mon imagination, de faire vagabonder sur le fil du rasoir entre vie et horreur de la mort les personnages présents dans l’ensemble de mon travail, de donner libre cours à mes colères et mes hantises, de peupler mes toiles d’allégories incongrues que je fais ressurgir des profondeurs obscures de l’inconscient collectif. Non sans me réserver le droit aux grimaces délectables de  la dérision.

A chacun d’y trouver son compte !

MICHEL HÉNOCQ

 

Présentation de l'artiste par Art et Chapelles le jour de l'inauguration

Pour cette salle capitulaire,  j’ai fait appel à Michel Hénocq peintre angevin déjà bien connu des amateurs d’art. Je cherchais déjà depuis quelques années un lieu adapté à sa peinture très expressive et  cette salle qui se prêtait à l’installation de grandes fresques répondait exactement à mon souhait.

Michel Hénocq s’intéresse au fait religieux et à la réalité sociale. Il regarde les hommes d’un œil à a fois critique et caustique.  Les travers et faiblesses de la nature humaine, les dérives et les violences de nos sociétés, les désastres de la guerre… nourrissent sa réflexion.

 

A nouveau, un artiste nous propose dans ce circuit une méditation sur la vie et la mort. En choisissant le thème de la danse macabre, il nous plonge dans un univers à la fois moyen-âgeux et contemporain  fourmillant de personnages tragi-comiques qui illustrent la vanité des ambitions humaines et la précarité de nos existences.

On est dans l’allégorie plus que dans la réalité, mais il y a dans cette peinture grinçante de l’angoisse, de la dérision, de la colère… tous ces sentiments que nous ressentons face aux désordres de notre monde contemporain.

La danse macabre nous rappelle que nous sommes tous mortels et que nous auront des comptes à rendre.

Marion Julien

0
0
1
205
1039
*
43
6
1238
14.0

Normal
0

21

false
false
false

FR
JA
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:"Tableau Normal";
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:"";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
font-family:Cambria;
mso-ascii-font-family:Cambria;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Cambria;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:JA;}

Présentation de son projet par l'artiste le jour de l'inauguration

Dans l’incertitude où l’on est sur la fonction de ce bâtiment, j’ai choisi librement, puisque l’architecture est celle d’une chapelle de lui donner l’aspect d’une chapelle, en y plaçant un autel, et de la traiter dans l’élaboration de mon projet  prévu pour s’accorder à un lieu de culte, comme une chapelle.

Le seul élément sacré qui s’y trouve est un Christ en croix.  Il est évident que cet homme crucifié, Jésus homme-dieu, mais homme, est là pour rappeler aux vivants qu’ils sont mortels. Cela m’a fait repenser aux Danses macabres que j’ai vues dans des petites églises des Côtes d’Armor. Ces fresques m’avaient marqué et depuis quelques années je pense à ce thème et à le présenter dans une Chapelle du circuit si l’on voulait bien m’en confier une. Ce travail trouve donc son aboutissement à St Rémy, de même qu’il est l’aboutissement de 45 années de travail.

Les fresques des Danses macabres datent des 14 et 15 ème siècles, période où sévissent en France ainsi qu’en Europe, les guerres, la famine, la peste. La mort est omniprésente. Les danses sont là pour le rappeler.

Pour ceux qui n’en auraient vues aucune les Danses consistent en une ronde qui court tout au long de la nef, ,de l’autel pour revenir à l’autel commençant par le pape, entrainé par un squelette, puis le roi, un squelette, une gente dame, un squelette, un cardinal, des moines et des nonnes,  et ainsi de suite jusqu’au laboureur.

Pour l’Eglise deux messages se superposent : La mort frappe à n’importe quel moment. Il faut se repentir. Une seconde idée s’introduit par la suite (peut-être sous l’impulsion subversive des artistes) c’est le caractère social de cette ronde, nous sommes tous égaux devant la mort, le pape comme le laboureur. Ce dernier message m’a intéressé au plus haut point car il court dans toute de mon œuvre peuplée de personnages grinçants et niais et qui peut s’analyser comme une sorte ironique de satire de la société.

A ces deux thèmes qu’on peut trouver lugubres ou cruels,  j’en ai ajouté un 3ème, qui se retrouve en permanence  dans mon travail, c’est la force de la vie. Ici si la mort est présente, si nous sommes tous mortels, la peur ne peut en aucun cas nous empêcher de danser, de vivre. Tant que nous ne sommes pas morts, nous sommes là pour jouir de la vie

Vous constaterez que je suis un  peintre qui prétend qu’on peut encore dire des chose avec la peinture, que la peinture figurative et narrative n’est pas morte et qu’elle peut parler des choses d’aujourd’hui.

Enfin pour ma part j’ai choisi non pas de reprendre la forme de la ronde mais de répartir mes personnages dans un désordre plus vivant, dans un assemblage chaotique qui est celui de la vie même. On y retrouve les personnages récurrents qui constituent mon vocabulaire, mais également d’autres histoires que vous pouvez vous amuser à découvrir :  Caïn et Abel, la fuite en Egypte, le bucher des sorcières, les âmes du purgatoire, les chevaliers de l’Apocalypse, les morts-vivant du vaudou haïtiens …  enfin des citations de peintres qui me sont chers,  Paolo Ucello, Goya, Jérôme Bosch bien entendu.

Les dessins  à l’encre reprennent la forme classique de la ronde.

La petite installation des croix est un rappel du site de la Colline aux croix située en Lituanie, amas de plus de 100 000 croix et autres objets religieux, lieu où se mêlent croyance et superstition.

Enfin je tiens à remercier Madame le maire de St Rémy, l’équipe d’Art et Chapelles et tout particulièrement  Marion Julien pour sa présence bienveillante et efficace.

Et puis en tant qu’ancien Inspection générale des affaires culturelles  je tiens à exprimer mon indignation contre la décision de certaines personnes d’empêcher notre camarade Franky Criquet d’exposer son travail. Cette décision constitue une atteinte inadmissible à la liberté de l’artiste.

0
0
1
589
3240
*
27
7
3822
14.0

Normal
0

21

false
false
false

FR
JA
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:"Tableau Normal";
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:"";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
font-family:"Book Antiqua";
mso-fareast-language:EN-US;}

Michel Hénocq

 

Salle capitulaire de l'ancien Prieuré
Saint-Rémy-La-Varenne

0
0
1
39
218
*
1
1
256
14.0

Normal
0

21

false
false
false

FR
JA
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:"Tableau Normal";
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:"";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family:Calibri;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

Saint Rémy-la-Varenne est  organisé autour de l’église et de son prieuré  clos d’une enceinte. Cet ensemble remarquable, reconstitué par la municipalité en 1988,  date du XIIème au XVIIème siècle.  Dès la construction des premiers bâtiments, outre ceux consacrés à l’activité agricole, on trouve la salle capitulaire, sa crypte et la chapelle qui deviendra l’église paroissiale par la suite. Cette salle capitulaire, ou réfectoire, était l’endroit où se discutaient les affaires religieuses de la communauté monastique. Malmenée par le temps, elle n’a pu échapper aux dégradations de l’Histoire, faisant office de grange, de buanderie, de bûcher. Redécouverte en 1954, elle a été classée monument historique en 1955. La salle rectangulaire, voutée en berceau brisé, a conservé au Nord, au-dessus des fenêtres, la grande fresque du tympan représentant la crucifixion. Après une évolution déjà amorcée dès le XIVe siècle, le prieuré devient fief seigneurial  à la Renaissance, ce qui explique son architecture avec son mur d’enceinte aux tours blasonnées et son immense cheminée polychrome en tuffeau  dont le manteau est richement décoré de figures symboliques qui donnent lieu encore aujourd’hui à toutes sortes d’interrogations et d’interprétations.

0
0
1
59
326
*
2
1
384
14.0

 

Normal
0

21

false
false
false

FR
JA
X-NONE

 

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:"Tableau Normal";
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:"";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family:Calibri;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

 

 

 

0
0
1
29
161
*
1
1
189
14.0

 

Normal
0

21

false
false
false

FR
JA
X-NONE

 

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:"Tableau Normal";
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:"";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family:Calibri;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

 

 

Latitude: 
47.3975
Longitude: 
-0.315247
Partenaires: 
Diocèse d'Angers
Département Maine-et-Loire
Bouvet Ladubay