Antoine Culcasi / Peintre et sculpteur

"Il n'y a en art, ni passé, ni futur. L'art qui n'est pas dans le présent ne sera jamais" (Picasso)

C'est ainsi que j'aborde toujours mon travail.

L'artiste doit être  le témoin de son époque.

En 300 après JC, Agnès a eu la tête tranchée pour avoir préféré épouser sa religion, Emerance (sœur de lait) lapidée sur le ventre pour sa fidélité.

Même si cette exposition est une référence à un événement dramatique de l'histoire, je me suis efforcé de la rendre contemporaine. L’intolérance, la violence sont toujours récurrentes et c'est de cela dont il s'agit.

La commande imposée sur le sujet de la lapidation,  est une opportunité pour moi qui affectionne particulièrement le travail in situ ainsi que les lieux chargés d'histoire.

Catharsis, résilience sont les maîtres mots de cette exposition que j'ai voulu ouverte à toutes les sensibilités.

Mail : antoine.culcasi@free.fr

Site : www.antoineculcasiplasticien.com

Présentation de son oeuvre par l'artiste

Monologue imaginaire d’Emerance à Agnès

 

……………

 

Il est bon de nous retrouver

Tu as épousé ta religion et tu as été décapitée

Moi qui ai souffert de ton martyre, me suis rapprochée de toi par la mort, lapidée

La mort n’est rien si elle n’ouvre les portes du ciel

La terre nous fait honneur en construisant ce lieu de rapprochement des hommes

La haine toujours présente est notre fardeau

En accepter la présence nous permet de vivre en luttant pour que soit reconnu notre souhait

de vivre selon nos convictions, nos croyances

Notre calvaire est l’exemple de l’intolérance, du refus de l’homme d’accepter la vie

qui nous est donnée

L’humanité peut engendrer la peur source de nos maux, mais aussi capable d’offrir le bien

Elle me donne cette faculté de « guérir les mots »

Ceux  par  qui ma main dessine et emprisonne le mal

Cette main caressante dispense le bonheur à qui veut le recevoir

Prends la, n’aie pas peur, fais lui confiance, laisse aller tes tourments

Tout cela n’est rien qu’une simple nécessité qui fera nous éloigner de cette noirceur

pour aller vers la lumière

Présentation de la chapelle et de l'artiste le jour du vernissage

L’histoire raconte que cette chapelle a été construite au XVème siècle à l’initiative de Louis XI qui, atteint lors d’une partie de chasse de violents  maux de ventre, avait invoqué Sainte Emerance, et été guéri.

La légende lie Sainte Emerance, esclave à Rome au IVème siècle, à sainte Agnès sa sœur de lait. Sainte Emerance a assisté au martyre de sa sœur décapitée en raison de sa foi chrétienne. Emerance aurait par la suite été lapidée en 304 après Jésus-Christ alors qu’elle pleurait sur la tombe de sa sœur bien-aimée.

Vous découvrirez sur l’autel de la chapelle une émouvante statue en pierre polychrome de Sainte Emerance portant dans son tablier les pierres de sa lapidation.

La chapelle, construite en 1472, est classée Monument historique. C’est une chapelle de style gothique. Sur ses voutes de style Plantagenet vous découvrirez des fleurs de lys et les armes de Charles VII – père de Louis XI. Vous pourrez aussi admirer l’autel et son retable de pierre, datant  du XVème siècle, ses pinacles, et sa bordure de guirlandes et d’arabesques.

Cette chapelle, soigneusement entretenue et préservée par les habitants du village, est régulièrement ouverte et accueille toujours de nombreux fidèles et visiteurs.

L’histoire de la lapidation de Sainte Emerance m’a conduit à Antoine Culcasi qui est sculpteur, mais également peintre. L’attachement des habitants de la région à sainte Emerance imposait qu’elle soit au centre de l’œuvre de l’artiste.

Antoine Culcasi a magnifiquement relevé ce défi en nous racontant l’histoire dramatique des deux sœurs, de leur naissance à leur mort, des bras de leur nourrice à leur tombe.

Sur l’autel la petite statue de Sainte Emerance se détache modestement en bleu et jaune sur un fond rouge vif. Ce sont ces trois couleurs que l’artiste a utilisé pour illustrer toutes les étapes du drame vécu par les deux sœurs. Ses toiles très contemporaines éclairent d’une lumière particulièrement vive les murs presque nus de la chapelle. A sa manière l’artiste refait le travail des maitres-verriers du Moyen Age qui racontaient aux fidèles dans leurs vitraux la vie des saints. Alors que nous avons souvent du mal aujourd’hui à déchiffrer ces vitraux, vous comprendrez  tout de suite l’histoire tragique de Sainte Emerance et de sainte Agnès en découvrant ses toiles.

En contrepoint à ces peintures de couleur très vives, des  statues de plâtre blanc évoquent la douleur du martyre vécu par les deux sœurs.

D’une façon totalement différente de ce que nous avons vu à la Croix-Marie, ce travail d’artiste est une remarquable illustration de ce que peut apporter Art et Chapelles aux édifices que nous vous faisons découvrir.

 

Peintre et sculpteur
Chapelle Sainte-Émérance
La Pouëze

A la fin du IVe siècle, Louis XI, au cours d'une partie de chasse fut pris de violents maux de ventre. Il lui fut conseillé d'implorer Ste Emérance, qui avait un oratoire à La Pouëze. Guéri, Louis XI fit construire en 1472 une chapelle sur l'emplacement de l'oratoire et y fit transporter les reliques de la sainte. De style gothique avec des voûtes dans le style Plantagenêt, elle est construite en schiste, granit et tuffeau avec des contreforts massifs contre la poussée des voûtes. l'édifice est classé monument historique depuis 1959, la porte sacraire et le retable depuis 1979.La statue en argent de Ste Emérance, offerte par Louis XI, fut fondue à la révolution. Elle est remplacée de nos jours par une très belle statue moderne en pierres polychromes, représentant la sainte portant sur son ventre les cailloux avec lesquels elle fut lapidée.

Latitude: 
47.549727
Longitude: 
-0.806815